Nature Corner > Actualités  > Dernières nouvelles  > Le monde des hirondelles

Le monde des hirondelles

Elles sont de retour ! Les hirondelles nous reviennent d’Afrique où elles ont passé l’hiver. Les hirondelles, encore un coup de coeur Nature Corner. Malheureusement, elles sont de moins en moins nombreuses tant les dangers en migration sont nombreux et les endroits pour les accueillir en diminution.

Leur retour chez nous est l’occasion de vous dévoiler… le « monde des hirondelles ».

C’est rassemblées que l’on se représente les hirondelles, croches et noires jouant une mélodie sautillante sur une portée musicale. À la fin de l’été, elles se réunissent sur les fils électriques et préparent leur long voyage vers l’Afrique.

L’hirondelle se nourrit d’insectes qu’elle capture en vol et, en hiver, il n’y a plus d’insectes volants, car la plupart passent la mauvaise saison à l’abri sous forme de larves ou de chenilles. Les mésanges, le Rouge-gorge et les autres oiseaux qui restent ici sont capables de rechercher tous ces petits vers dans les buissons, les écorces des arbres et dans le sol. Les Hirondelles ne peuvent pas se poser à terre pour picorer comme une poule ou un moineau, parce que les longues plumes de leurs queues, très utiles pour un vol rapide et de longue durée, les gênent terriblement dès qu’elles se posent.

Le voyage vers l’Afrique comporte bien des difficultés : la traversée de la mer Méditerranée est longue, et elle est aussi dangereuse à cause des tempêtes, des chasseurs et de la fatigue engendrée par l’effort de migration. Une fois passées les côtes d’Afrique du Nord, il leur faut encore surmonter l’épreuve du désert. Et certaines, non contentes d’arriver enfin dans des pays hospitaliers regorgeant d’insectes, poussent encore jusqu’à l’extrémité du continent, en Afrique du Sud. C’est un voyage énorme pour la petite hirondelle qui a le poids d’une petite lettre et de son enveloppe.

Après quelques mois passés uniquement à se gaver d’insectes africains (bien plus gros et plus juteux que les nôtres), les hirondelles survivantes préparent le grand voyage dans l’autre sens. Malheureusement, le retour porte les mêmes difficultés qu’à l’aller, et les troupes qui reviennent en Europe sont décimées. Elles arrivent chez nous au mois de mars, quand les premiers moucherons et moustiques commencent à voler. Elles se hâtent alors de construire leurs nids, ou de raccommoder ceux de l’année dernière, pour élever une couvée si possible deux, afin d’être les plus nombreuses possible en automne, avant le grand départ !

Parmi tous les passereaux, les hirondelles jouissent de la plus grande popularité. Elles sont bien disposées à notre égard et recherchent nos habitations pour y construire leur nid. Bien qu’assez différentes, les trois espèces d’hirondelles sont souvent confondues, car, toutes trois arrivent au printemps pour s’adonner à un festin d’insectes, qu’elles chassent dans de spectaculaires acrobaties aériennes, avant de repartir en hiver afin de se soustraire aux rigueurs de cette saison peu généreuse en insectes.

La boue précieuse

Les Hirondelles de fenêtre et les Hirondelles de cheminée doivent récolter de la boue collante pour construire leur nid. Comme celle-ci a tendance à sécher dans leur bec pendant le transport, les oiseaux la choisissent assez humide. Après un vol de plus de 200 mètres, les boulettes les plus humides se seront desséchées. C’est pourquoi tous les sites de nidification plus éloignés d’une flaque de boue ne conviennent pas, à moins qu’un ancien nid ou un nichoir n’y soient déjà installés. Cela peut constituer un obstacle pour ces oiseaux quand il fait très chaud et que les flaques d’eau s’évaporent. C’est l’explication de la disparition de ces oiseaux dans certaines régions urbaines où le sol est goudronné. La mise à disposition d’une glaise de bonne qualité, en veillant à ce que les flaques et autres petites mares ne s’évaporent pas, peut être une importante mesure conservatrice des Hirondelles de cheminée et de fenêtre. Heureusement, ces deux espèces emménagent volontiers dans les nichoirs fabriqués avec du matériau ressemblant à la glaise. La présence de nids artificiels peut inciter d’autres oiseaux à venir construire leur propre nid dans les environs. Offrir aux hirondelles, mais aussi aux Martinets, des nichoirs artificiels est un moyen à la fois simple et efficace de leur venir en aide.

Ralliement de départ

Au début de l’automne, les Hirondelles de fenêtre, de cheminée, ainsi que les Hirondelles de rivage, un peu plus tôt, se réunissent soit sur les câbles électriques pour les deux premières, soit dans les roselières, pour la troisième. Les jeunes prédominent dans ces rassemblements qui commencent en août, bien que certaines années où le temps est plus clément, on puisse en voir jusqu’en octobre. Il s’agit souvent de leur première migration et ils cherchent à s’orienter et à apprendre à vivre indépendamment de leurs parents.

Ces ralliements présentent d’autres avantages : ils permettent d’échanger des informations sur les meilleures aires d’alimentation. Les hirondelles ne communiquent pas au sens où nous l’entendons, mais les nouveaux arrivants affamés peuvent accompagner les individus les mieux nourris jusqu’à leurs bons coins. En groupe, les oiseaux courent moins de risques d’être la proie des prédateurs, car le fait d’être groupés assure une certaine sécurité. En outre, ils peuvent s’avertir mutuellement de la présence d’un faucon, ou de tout autre oiseau de proie, par leurs cris d’alarme, et se livrer à des acrobaties aériennes collectives pour ne pas être attaqués. Enfin, la migration est une activité essentielle chez ces oiseaux grégaires pour lesquels l’apprentissage de la vie sociale est vital.

On rencontre dans la nature toutes sortes de ménages. On croyait autrefois que les hirondelles étaient monogames (un mâle fidèle à une femelle et vice-versa). Or, si les couples sont le modèle le plus répandu, cela ne signifie pas que tous les oisillons d’une même couvée soient d’un même père. Dans les colonies de nidification, les individus adultes ont l’occasion de s’accoupler avec de multiples partenaires, ce qu’ils n’hésitent pas à faire. Pour les mâles, l’avantage est manifeste : tout rejeton supplémentaire signifie qu’un plus grand nombre de ses gènes survivront, même si sa progéniture est élevée dans des nids différents. Mais s’accoupler avec plusieurs partenaires offre aussi une garantie supplémentaire aux femelles au cas où leur premier partenaire serait stérile ou insuffisamment fécond. On a constaté que les femelles choisissaient de préférence les mâles ayant les brins externes de la queue les plus longs, caractéristique des adultes quand ils reviennent au printemps.

On remarque, à ces brins externes et aux chants distinctifs, que les mâles sont les premiers de retour. Les femelles arrivent une semaine plus tard et les couples consacrent alors une semaine ou deux à la construction du nid. Si un couple trouve un ancien nid disponible et en bon état, la ponte pourra avoir lieu avant fin avril. Mais si le temps est froid et humide ou si la femelle arrive en piteux état, la ponte ne sera pas achevée avant fin mai.

Accès originaux

Certains sites de nidification sont situés dans des granges, des étables ou des écuries dont les portes ou les fenêtres peuvent rester en permanence ouvertes. Aucun problème, donc, pour les Hirondelles adultes qui entrent et sortent de multiples fois chaque jour dans le dur labeur du nourrissage qui leur incombe.

Mais lorsque les nids sont placés dans des remises, des garages ou même des habitations, il est plus difficile, voire même parfois dangereux, de laisser l’accès ouvert en permanence. Il faut alors savoir que les Hirondelles rustiques n’ont pas besoin d’entrées magistrales pour pouvoir pénétrer à l’intérieur. Oiseaux de taille modeste et, surtout, d’une agilité en vol remarquable, elles peuvent se contenter d’accès restreints. Une fenêtre ouverte en oscillo-battant, un judas, une ouverture « en boîte aux lettres » sont largement suffisants.


Un gosier bien grand

Savez-vous que les jeunes Hirondelles rustiques ont un gosier orange très large qui agit comme un puissant stimulus sur les adultes. Les gosiers les plus largement ouverts sont les plus exigeants, et ceux vers lesquels les parents se tournent en premier.


Attaque aérienne

En observant la tête d’une hirondelle, on constate combien son bec est court mais son gosier large. Cette conformation est adaptée à une chasse active des insectes. La majorité des proies sont des mouches, mais les hirondelles ne dédaignent pas les papillons ou les coléoptères volants.


Calendrier des hirondelles

Voici le calendrier des hirondelles, ainsi vous saurez tout sur leurs allées et venues !

Novembre à février : Les Oiseaux ont pris leurs quartiers d’hiver, en Afrique de l’Ouest pour les Hirondelles de fenêtre, en Afrique australe pour l’Hirondelle de cheminée et en Afrique sud-sahélienne pour l’Hirondelle de rivage. Les trois espèces muent et repartent en Belgique avec un plumage entièrement renouvelé.

Mars à Avril : Le voyage de retour comporte la difficile traversée du désert. Les premières arrivent début avril, mais certaines Hirondelles de fenêtre continuent d’arriver dans le courant des mois de mai et juin.

Mai : C’est une période d’intense construction des nids, qui requiert de la boue humide et collante à moins de 200 mètres du site de nidification pour les Hirondelles de fenêtre et de cheminée, et des parois verticales de sable pour l’Hirondelle de rivage.

Juin à Juillet : Grande période de nourrissage et d’apprentissage pour les oisillons.

Août : Avant de reprendre la route vers le sud, les Hirondelles de fenêtre et de cheminée se rassemblent sur les câbles électriques, d’où elles explorent les environs, tandis que l’Hirondelle de rivage commence à partir.

Septembre à Octobre : Les Hirondelles de cheminée effectuent plusieurs vols sur de courtes distances et les Hirondelles de fenêtre accomplissent leur migration plus courte en un vol ininterrompu, en se reposant en vol.


Merci à Ludivine Janssens de La Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux (LRBPO) pour cet article.

 

Share

No Comments

Add Comment

Name*

Email*

Website