Les géants des mers continuent à envahir Venise ! Nous ne pouvons pas nous empêcher de vous montrer ces photos qui montrent clairement l’invasion dont fait preuve Venise ! Et si nous vous en parlons, c’est parce que ces paquebots de croisière qui pèsent plus de 40.000 tonnes devraient bientôt être interdits. Vous trouverez sur le web sur les sites des quotidiens (Le Figaro, La Croix, La Libre, …) de nombreux articles à ce propos.

Venise-Bateau-1       Venise-Bateau-2

Quels sont les ravages de ces paquebots ? Aucune étude claire n’a encore calculé l’impact réel du passage de ces énormes navires sur les fragiles pilotis de bois qui supportent les palais vénitiens depuis des siècles. Le Conseil National de la Recherche, organisme italien, parle cependant clairement de « tsunami de la lagune ». A chaque fois qu’un de ces paquebots traverse le canal de Giudecca, le niveau dans les petits canaux perpendiculaires descend de vingt centimètres, à cause de l’énorme tirant d’eau de ces navires. Il faut reconnaître que ces navires de croisières représentent tout de même un fameux paradoxe pour cette ville sans voiture, sans compter les risques d’accidents (le récent accident du « Costa Concordia » est là pour le rappeler).

Et ce n’est pas tout ! Lorsqu’ils sont amarrés au port, ces cités flottantes laissent tourner leurs machines pour produire l’électricité nécessaire. Vingt tonnes de carburant sont alors brûlées, sans compter les 60 tonnes de CO2 relâchées dans l’atmosphère vénitienne en dix heures. Hallucinant : plus d’1,8 million de passagers sont partis du port de Venise en 2013, ce qui fait plus de 1000 passages de bateaux de croisière devant la place Saint-Marc. Si vous prenez le MSC Divina par exemple, il mesure 333 mètres de long, fait 140.000 tonnes et embarque 3500 passagers ! Comment voulez-vous dans ces conditions que Venise résiste ?

Et malgré cela, Venise reste une destination de voyage exceptionnelle ! Espérons qu’elle le restera encore longtemps. Vous trouverez sur Nature Corner de nombreux guides sur Venise. Si vous n’avez pas encore fait cette destination, n’hésitez pas… allez-y !

Share on Facebook9Share on Google+0Tweet about this on TwitterPin on Pinterest0Share on LinkedIn0Email this to someone